Face au loup, les éleveurs du Larzac montrent les crocs

« Baigné de soleil, survolé çà et là par des vautours tournoyant afin de tenter de tirer profit des rares courants d’air pour gagner en altitude, le plateau du Larzac offre, en cette mi-novembre, tous les signes de la quiétude la plus totale. Depuis un bon moment, pourtant, cette façade se craquelle pour libérer l’exaspération des éleveurs de brebis face aux attaques dont leurs troupeaux sont victimes, ce sentiment ayant eu tendance à s’accroître au cours des dernières semaines, en même temps que le nombre d’épisodes relevés (huit entre le 19 octobre et le 7 novembre, qui ont coûté la vie à seize animaux, portant le total à une grosse centaine depuis un an et demi).
«On ne pense qu’à ça, souffle Jean-Paul Scoquart, installé au lieu-dit Bengouzal. Ce matin encore (hier), alors que nous rentrions de Toulouse avec ma femme, où nous étions allés voir nos enfants, un confrère m’a appelé sur mon portable. J’ai immédiatement pensé que c’était pour m’informer d’une nouvelle attaque. Heureusement, ce n’était pas le cas, mais voilà où nous en sommes.»… »
Lire la suite sur le site ladepeche.fr

Les commentaires sont fermés.