Facebook

Suivez ici notre fil d’actualité

 

Posté le mar 21 Mai 2019

Offre d’emploi
Animateur-trice à la Confédération Paysanne Aveyron

Le ou la salarié.e travaillera au sein de la Maison des paysans qui regroupe le syndicat agricole de la Confédération paysanne (CP) et des structures du développement agricole et rural : l’ADDEAR, l’AFOCG et l’ASPIC,

Missions :
En collaboration avec le Comité départemental de la CP, les paysan.e.s du réseau et les salarié.e.s des autres structures, le/la salarié.e travaillera pour la CP :
- Participation et animation de la vie de la structure : fonctionnement, administration, circulation de l'information (mails, courriers, site internet), participation et appui à la trésorière pour la recherche de financements ;
- Participation à la stratégie syndicale des productions / thèmes / secteurs : suivi de l’actualité, transmission de l’information, animation du Comité Départemental, organisation de l’AG, organisation de formations, animation des réunions des secteurs et des commissions ;
- Appui à la communication : lien avec le journal de la CP (ASPIC), relation presse et rédaction de communiqués, lien avec la Maison des Paysans, faire vivre la lettre info mensuelle, le site et le facebook ;
- Lien partenaires et réseaux : suivi avec les paysan.ne.s référent.e.s des réunions extérieures, faire le lien entre le Comité départemental et les représentants de la Confédération paysannes qui siègent dans les instances, suivi des réunions du réseau et des partenaires ;
- Évènementiel : organisation et animation des comités de pilotage pour les évènements et actions, logistique des évènements, création de supports de communication, diffusion des supports.

Profil et Compétences :
- Formation agricole, agronomie et / ou développement local territorial, environnement (Bac + 2 minimum)
- Qualité d’organisation et de rigueur dans le suivi des dossiers
- Compétences en animation
- Capacité d’analyse et de rédaction, autonomie, qualités relationnelles et d’écoute, capacité à travailler en équipe
- Motivé-e par l’agriculture paysanne
- Maîtrise de l’outil informatique et des outils de communication
- Expérience et connaissance de la politique syndicale appréciées

Conditions d’embauche :
- CDI à 24h/semaine avec possibilités d’augmentation du temps de travail par la suite
- Poste basé à Olemps (12) avec déplacements possibles sur le département et la Région
- Permis B et Véhicule personnel obligatoires
- Salaire brut mensuel basé sur la Catégorie 3, échelon 1 soit 1458 € brut en 2019
- Convention collective du réseau Confédération Paysanne et organismes affiliés
- Animation encadrée (travail d’équipe, salariées et réseau de paysans)

Poste à pourvoir au 15 juillet 2019
Réponse avant le 25 mai, entretien prévu le 6 juin.
Adresser CV + lettre de motivation
A l’attention des membres du Comité Départemental à :
confaveyron@wanadoo.fr
... Voir plusVoir moins

Posté le mar 21 Mai 2019

Présentation du nouveau Secrétariat National de la Confédération paysanne ... Voir plusVoir moins

Posté le jeu 16 Mai 2019

Nicolas Girod élu porte-parole de la Confédération paysanne

Producteur de lait à comté dans le Jura, Nicolas Girod a été élu porte-parole de la Confédération paysanne lors du Conseil national du 15 mai. Ancien responsable du pôle élevage du syndicat, cet agriculteur de 42 ans a travaillé sur la loi Egalim. «Ce nouveau mandat s'inscrit dans la continuité, nous renouvelons notre demande en faveur de plus de politiques publiques», a-t-il indiqué le 16 mai lors d'une conférence de presse. Le nouveau secrétariat national de la Conf' compte en tout cinq membres: Véronique Marchesseau (secrétaire générale, éleveuse de vaches allaitantes dans le Morbihan), Jean-François Périgné (trésorier, mytiliculteur en Charente-Maritime), Damien Houdebine (paysan-boulanger et éleveur ovin dans la Sarthe) et Denis Perreau (céréalier et éleveur en Côte-d'Or).
... Voir plusVoir moins

Posté le jeu 16 Mai 2019

Action qui a eu lieu aujourd'hui dans le 66 pour défendre un prix minimum d'entrée des fruits et légumes ! ... Voir plusVoir moins

Posté le jeu 16 Mai 2019

Appel au rassemblement
pour le procès des travailleuses et travailleurs détaché.e.s
Jeudi 16 Mai à Arles

La Confédération paysanne Provence-Alpes-Côte-d'Azur appelle à rassemblement en soutien aux travailleuses et travailleurs agricoles marocain.es et espagnol.es en procès contre Laboral Terra et huit entreprises agricoles françaises, jeudi 16 Mai 2019, à 13h30, au conseil des prud’hommes d’Arles.

En 2017, cinq travailleuses et travailleurs agricoles marocain.es et espagnol.es ont porté plainte contre Laboral Terra, entreprise de travail temporaire (ETT) spécialisée dans le travail agricole et contre huit donneurs d’ordre français qui les ont embauché.e.s via cette ETT. Ces derniers, implantés, dans le Vaucluse, les Bouches du Rhône et le Gard, embauchent régulièrement des travailleurs étrangers détachés dans la production, l’emballage et la distribution de produits agricoles.
Jeudi 16 mai 2019, après deux ans de procédure, se tiendra la dernière audience du procès de cinq de ces salarié.e.s.

Basé sur le droit européen, le détachement permet la mobilité des travailleuses et travailleurs au sein de l’UE et constitue, depuis une quinzaine d’années, un cadre d’emploi majeur des travailleurs étrangers en Europe, et notamment des travailleurs agricoles saisonniers. Les contrats OMI ont ainsi laissé la place à des contrats de travail encore plus flexibles et précaires qui favorisent le dumping social et repoussent les limites du socialement acceptable. Exploitation, non rémunération, privation de droits, techniques managériales incisives, rupture de contrat du jour au lendemain, toutes ces pratiques révèlent l’injonction de compétitivité adressée aux producteurs agricoles, encouragée par les politiques d’investissement et de défiscalisation.

La plainte déposée au Conseil des prud’hommes d’Arles est une illustration concrète des déboires de l’agriculture intensive dans notre région et de la marchandisation de la main d’œuvre : travail dissimulé, non-paiement des heures supplémentaires et des jours fériés, non-respect des contrats de travail, non déclaration des accidents de travail et des congés maternité.

Les faits ne sont malheureusement pas exceptionnels. Des centaines de femmes et d’hommes sont concernées par des situations similaires. Mais, cibles d’intimidations, de pressions, de violences ou du fait de leur isolement, les victimes n’ont souvent pas les moyens de dénoncer ces pratiques auprès des tribunaux. Il nous faut alors rappeler que cette plainte et son aboutissement témoignent publiquement d’un modèle de production agricole capitaliste, productiviste, qui met en concurrence les zones de production, favorise la pression exercée sur les coûts de production et la main d’œuvre, et qui méprise ainsi les droits humains et la souveraineté alimentaire. Nous ne pouvons rester indifférents au traitement de ces travailleuses et travailleurs migrant.e.s qui affrontent souvent les différentes facettes d’un même phénomène : pillage et appauvrissement de leurs économies locales et moyens de subsistance, désertification et changement climatique.

Si ce large système d’exploitation de travailleuses et travailleurs de la terre est dénoncé régulièrement par des associations, des syndicats et des médias à travers l’Europe, force est de constater qu’il y a peu d’organisations de travailleuses et travailleurs agricoles et que leurs luttes bénéficient de peu de soutien social.

A nous d’être nombreuses et nombreux à venir en solidarité, à mettre en place des stratégies visant à la conclusion de vastes alliances et à créer des réseaux qui rompent avec cette logique. Combattons l’exploitation de la main d’œuvre dans l’agriculture, en France, en Europe aujourd’hui et demain !

Pour une égalité des droits entre toutes les travailleuses et tous les travailleurs, pour une agriculture paysanne respectueuse des droits humains et créatrice d'emploi.
... Voir plusVoir moins