La Confédération Paysanne de l’Aveyron alerte le Préfet sur les urgences locales

151027_Rencontre-Prefet
Louis Laugier, nouveau préfet du département, est venu rencontrer la Conf’ sur une ferme du sud jeudi 29 octobre. C’était l’occasion de présenter les pratiques de l’agriculture paysanne, celle qui crée de la valeur au service de l’humain, celle qui permet de traverser les crises. Et de lister les problèmes urgents à régler :

1 – Présence des loups sur le sud du département :
Le pastoralisme est mis en danger par les attaques répétées (dont une le matin même à quelques km de là). Le préfet en a conscience, autant que de l’importance de la brebis aux plans économique et écologique pour la région. Il sera un relais important de nos revendications.

2 – Visites rapides :
La Conf’ a réaffirmé son refus de voir pénalisés les paysans lors des visites rapides concernant les surfaces peu productives, les règles ayant changé depuis les déclarations PAC. Plus de 5000 dossiers sont concernés en Aveyron. Dans ce sens une motion a été déposée à la Chambre d’agriculture du département.

3 – Réforme de Roquefort :
La Conf’ a dénoncé le principe de CVO (Cotisation Volontaire Obligatoire) qui utiliserait la valeur générée par le Roquefort pour payer le lait de diversification… Une péréquation pour obliger à produire!

4 – FCO (Fièvre Catarrhale Ovine) :
Les experts le disent, nous devons apprendre à vivre avec. Le problème n’est pas la disponibilité des vaccins (sauf pour les reproducteurs) mais notre modèle d’agriculture qui exporte des animaux vivants au lieu de capter la valeur en les transformant sur place. Concernant la désinsectisation obligatoire, il fut rappelé qu’elle tue les abeilles et est inefficace contre le vecteur de la FCO.

5 – Abattoir de Saint-Affrique : La Conf’ s’est félicité de sa réouverture et du maintien de sa gestion collective, présentant au préfet toute l’importance d’un tel outil pour le territoire.

Plus que des mesures fiscales d’urgence ou des rêves d’export et d’accords de libre-échange, ce sont la conviction de la valeur de nos produits et les outils locaux et collectifs de transformation qui permettront de dépasser les crises.

Le préfet, accompagné du DDT, ont pu constater la cohérence des pratiques agricoles autant que la cohérence du discours.

Contact :
Laurent Reversat (co-porte-parole de la Confédération Paysanne) : 06.85.75.50.48

Les commentaires sont fermés.