PAC 2018 : un trou béant annoncé pour l’agriculture aveyronnaise

Les arbitrages pour la PAC 2018 doivent être rendus le 1er août par le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert.

Or, il manque plus de 800 millions d’euros pour financer l’ICHN, indemnité compensatrice de handicap naturel, soit une baisse de près de 50% dès 2018. En Aveyron, cette aide essentielle aux zones difficiles concerne la quasi-totalité des éleveurs. Pour chacun d’entre nous, ce manque représente jusqu’à 8000€.

Seul un transfert du 1er pilier (aides aux surfaces) au 2nd pilier (aides aux systèmes) permettra de financer l’ICHN et les aides au maintien en agriculture biologique ainsi que toutes les MAE (mesures agri environnementales), qui sont également menacées.

Ces aides ne sont pas seulement importantes pour les paysans qui les perçoivent, elles sont également un outil précieux pour la transition de notre agriculture vers un modèle écologique qui correspond aux attentes des citoyens. Leur suppression serait en totale contradiction avec la volonté affichée par le gouvernement dans le cadre des États Généraux de l’Alimentation, d’augmenter le revenu des paysans et d’assurer une alimentation de qualité, dans un environnement préservé.

La Confédération Paysanne de l’Aveyron attend du ministre Stéphane Travert qu’il ne sacrifie pas les éleveurs des zones difficiles au profit de l’agriculture industrielle soutenue par les représentants nationaux de la FNSEA, des JA et de la CR.

Les commentaires sont fermés.