Lettre aux candidats aux legislatives

Rodez, le 30 mai 2017

Monsieur / Madame le / la candidat-e aux législatives.

Nous le martelons depuis plusieurs années, nos campagnes vivent une crise sans précédent. Cette crise est avant tout économique et sociale. Elle est le fruit d’une politique agricole ultra libérale.

De nombreux paysans ne tirent plus un revenu décent pour vivre de leur métier. Peut-on accepter les suicides des paysans ? Peut-on accepter les 92 000 fermes disparues et le gisement d’emplois induit, entre 2000 et 2015 ?

Nous exigeons que les paysans aient un revenu qui correspond à leur travail. Nous portons pour cela trois propositions majeures :

  • L’interdiction de payer un produit agricole en dessous de son prix de revient (qui inclut la rémunération du travail paysan).
  • Des aides à l’actif plafonnées, afin de redistribuer les aides et que tous les paysans puissent en bénéficier.
  • L’instauration d’un véritable outil de protection des aléas, notamment climatiques ou sanitaires en évitant les régimes assurantiels privés discriminants.

Vous êtes en campagne pour les élections législatives, vous devez entendre cette détresse. Êtes-vous prêts à engager un débat parlementaire sur la question du revenu des paysans dès l’ouverture de la prochaine session à l’Assemblée Nationale ?

Les enjeux sont énormes. Car il en va du maintien de l’emploi paysan de la vitalité des territoires, de la qualité de  l’alimentation et de la  préservation de la valeur ajoutée. Ce débat doit constituer un élément de négociation de la prochaine PAC.

Nous attendons votre réponse et vos engagements avant le 11 juin 2017. Chaque jour, ce sont plusieurs dizaines de fermes qui disparaissent.

Veuillez recevoir, Monsieur / Madame le / la candidat-e, nos cordiales salutations.

Laurent Reversat et  Francis Sabrié

Co-portes-paroles de la Confédération Paysanne de l’Aveyron.

 

Convergence des luttes – Loi El Khomry

La Confédération Paysanne 12, Syndicat de défense de l’agriculture paysanne et de ses travailleurs, apporte son soutien aux syndicats salariés, dont la CGT, FO, SUD, engagés dans des opérations de blocage de sites industriels stratégiques.

La Confédération Paysanne a toujours été aux cotés des salariés, dans la défense des acquis sociaux.
Avec la précarisation des salariés, c’est une logique industrielle de l’agriculture que l’on veut servir. Une agriculture industrielle, aux antipodes de l’agriculture paysanne que l’on défend, avec de vrais patrons, et des salariés aux droits restreints.

Nous n’acceptons pas qu’un projet de loi rejeté par une majorité de Français, puisse se dispenser d’une validation démocratique.

Nous n’acceptons pas qu’un gouvernement puisse ainsi mépriser les citoyens électeurs, qui les ont conduits au pouvoir.

Nous n’acceptons pas cette dérive politique par rapport aux engagements de campagne présidentielle.

Nous n’acceptons pas, au nom de la compétitivité, bras armé du libéralisme au service des multinationales, la précarisation des salariés et des paysans.

Nous paysans de l’Aveyron, restons attachés à un code du travail équilibré
Nous paysans de l’Aveyron, soutenons les salariés en lutte
Nous paysans de l’Aveyron, demandons le retrait de ce projet de loi El Khomry.

Les Porte-Paroles de la Confédération Paysanne Aveyron :
Laurent Reversat, 06 85 75 50 48
Francis Enjalbert, 06 37 12 89 44
Francis Sabrié, 05 65 48 44 30

La Confédération Paysanne de l’Aveyron alerte le Préfet sur les urgences locales

151027_Rencontre-Prefet
Louis Laugier, nouveau préfet du département, est venu rencontrer la Conf’ sur une ferme du sud jeudi 29 octobre. C’était l’occasion de présenter les pratiques de l’agriculture paysanne, celle qui crée de la valeur au service de l’humain, celle qui permet de traverser les crises. Et de lister les problèmes urgents à régler :

1 – Présence des loups sur le sud du département :
Le pastoralisme est mis en danger par les attaques répétées (dont une le matin même à quelques km de là). Le préfet en a conscience, autant que de l’importance de la brebis aux plans économique et écologique pour la région. Il sera un relais important de nos revendications.

2 – Visites rapides :
La Conf’ a réaffirmé son refus de voir pénalisés les paysans lors des visites rapides concernant les surfaces peu productives, les règles ayant changé depuis les déclarations PAC. Plus de 5000 dossiers sont concernés en Aveyron. Dans ce sens une motion a été déposée à la Chambre d’agriculture du département.

3 – Réforme de Roquefort :
La Conf’ a dénoncé le principe de CVO (Cotisation Volontaire Obligatoire) qui utiliserait la valeur générée par le Roquefort pour payer le lait de diversification… Une péréquation pour obliger à produire!

4 – FCO (Fièvre Catarrhale Ovine) :
Les experts le disent, nous devons apprendre à vivre avec. Le problème n’est pas la disponibilité des vaccins (sauf pour les reproducteurs) mais notre modèle d’agriculture qui exporte des animaux vivants au lieu de capter la valeur en les transformant sur place. Concernant la désinsectisation obligatoire, il fut rappelé qu’elle tue les abeilles et est inefficace contre le vecteur de la FCO.

5 – Abattoir de Saint-Affrique : La Conf’ s’est félicité de sa réouverture et du maintien de sa gestion collective, présentant au préfet toute l’importance d’un tel outil pour le territoire.

Plus que des mesures fiscales d’urgence ou des rêves d’export et d’accords de libre-échange, ce sont la conviction de la valeur de nos produits et les outils locaux et collectifs de transformation qui permettront de dépasser les crises.

Le préfet, accompagné du DDT, ont pu constater la cohérence des pratiques agricoles autant que la cohérence du discours.

Contact :
Laurent Reversat (co-porte-parole de la Confédération Paysanne) : 06.85.75.50.48

17 février : Procès de Victor

Journée nationale des inculpés du dialogue social

Procès de Victor à Rodez

Affiche Procès Victor WEBProgramme de la journée :

Matin

Salle des Fêtes
8h : Accueil et petit déjeuner
9h : Cortège de la Salle des Fêtes au Tribunal pour accompagner Victor
Tribunal
10h : Procès de Victor / Rassemblement public devant le Tribunal
Salle des Fêtes
11h : Débat « La répression du mouvement social » – Intervenants : Laurent Pinatel, porte-parole national de la Confédération Paysanne, éric Beynel, porte-parole de Solidaires, Camille Collectif des Mauvaises Troupes, ZAD -No Tav,
12h30 : Repas

Après-midi

Tribunal
Poursuite (éventuelle) du procès.
Salle des Fêtes
15h30 : Débat « La Lutte des Intermittents et Précaires »- Intervenants : Samuel Churin et Véronique Ravier, porte-paroles du CIP Idf (Collectif des Intermittents et Précaires Ile-de-France), Rose-Marie Pechallat administratrice de Recours Radiation, Mathieu Grégoire sociologue et maître de conférence.
18h00 : Communiqué du CSIDS – Lecture de la Déclaration Commune du Comité de Soutien aux Inculpés du Dialogue Social.
A partir de 19h : Repas
20h : Prise de parole de Victor
Soirée : Concerts / Spectacles / Prises de parole des organisations et associations du CSIDS

Tout au long de la journée :
Tribunal et Salle des Fêtes : spectacles, concerts et musique de rue avec la participation de : Cie Le Plus Petit Espace Possible, Wally, Cie du P’tit Vélo, M’sieur Gaby, Cie La Manivelle, Bobby Super Star, Vagina, Les Ennuis Commencent, What Washington Wants, No Mad No System +Plateau Radio Larzac.

> Téléchargez la plaquette en PDF

Plus d’infos sur csids.blogspot.com

 

 

Action « coup de poing » du 2 décembre à Rodez

Pour protester contre les injustices et dénoncer l’absence d’ouverture du parcours à l’installation !

Depuis de nombreuses années, l’ADDEAR 12 accompagne des porteurs de projet. Son action permet l’accès au métier de paysan à une grande diversité de profils.
Le remaniement actuel du parcours à l’installation aidée ouvre des perspectives pour l’ADDEAR puisqu’il incite à la pluralité des acteurs et à une plus grande représentativité de la diversité des modèles agricoles. L’ADDEAR a fait valoir en ce sens son action complémentaire à celle de la Chambre d’Agriculture et a demandé au Point Info Installation (présidé par Dominique Fayel) et à l’ADPSA (l’organisme de formation de la Fédé) qu’ils nous intègrent dans le parcours officiel.
L’ADDEAR 12 a déposé une candidature qu’elle s’est vue refuser, il lui a également été refusé l’agrément de Cédric et Laura comme conseiller projet et la possibilité d’intégrer des stages 21h.

La Fédé et les JA bloquent clairement l’implication de l’ADDEAR et donc de nombreuses installations.

Il est nécessaire d’imposer l’application du cahier des charges national !

 

L’occupation de la DDE par l’ADDEAR 12 et la Confédération Paysanne

À l’attention des candidats aux élections municipale

Messieurs,

En France, l’interdiction de la culture du maïs OGM MON810 est remise en cause pour le printemps prochain et d’autres demandes d’autorisations sont en cours au niveau européen. Il est important pour les communes de nourrir ce débat sur les questions posées par les risques des cultures OGM en plein champs avant qu’elles ne s’imposent. Quelle sera la capacité de la commune à protéger et soutenir des agricultures de qualité et sans OGM ? Quelle information sera disponible sur la présence et la proximité de cultures OGM pour les professionnels et les habitants ?…

À l’occasion de la campagne électorale, la Confédération Paysanne de l’Aveyron demande aux candidats de s’exprimer publiquement sur les 2 propositions suivantes :

– Êtes-vous favorables à la mise en place d’une cantine sans OGM ?
– Souhaitez-vous vous engager pour des cultures sans OGM sur la commune ?

Nous attendons vos contributions afin de communiquer auprès de nos adhérents et de la presse.
Nous nous tenons à votre disposition pour prolonger la discussion.

Certains que vous comprendrez le sens de notre démarche, nous vous prions de croire, Mesdames, Messieurs les candidat-e-s, en l’expression de notre parfaite considération.

Francis Sabrié
Co-Porte-Parole : 05 65 48 44 30

Wanted Xavier Beulin

BEULIN_solidariteLa venue de Xavier Beulin en Aveyron nous laisse dubitatifs.

Serait-il le bienvenu en Aveyron, terre d’élevage et de polyculture élevage ?
N’est-il pas un soutien encombrant pour la FDSEA soucieuse de paraitre, loin de Paris, à l’écoute des
éleveurs ?

Pourquoi inviter :

  • Ce promoteur de l’agriculture industrielle, faite par 150 000 agri-managers et non par des paysans ?
  • Ce gros céréaliers qui ne trouve pas choquant, une répartition des aides PAC, qui fait que 80% des aides soient perçues par 20% des producteurs ?
  • Cet actionnaire qui trouve normal qu’une taxe soit demandée, à tous les paysans qui resème des semences de ferme au profit des semenciers ?
  • Le président de Sofiprotéol, promoteur du GNR7, qui, en utilisant des denrées alimentaires pour faire du carburant, favorise la hausse du prix des céréales ?

Lire la suite

Demande de reconnaissance du droit de vote pour les cotisants solidaires

COMMUNIQUE DE PRESSE

Demande de reconnaissance du droit de vote aux élections professionnelles agricoles pour les cotisants de solidarité

Dans une lettre ouverte adressée le 2 Août dernier au Président de la République,la Confédération paysanne demandait la reconnaissance du droit de vote aux élections professionnelles agricoles dès le prochain scrutin qui aura lieu en janvier 2013. Il y a donc urgence à agir !

               Lire la suite